2009-04-09 - Le temps de parole du président pourrait être décompté...

Une révolution du pluralisme audiovisuel a été proposée vendredi dernier au Conseil d’Etat, qui tranchera sous quinze jours : la prise en compte de la parole du président de la République, jusqu’ici restée en dehors des minutages visant à équilibrer gouvernement, majorité et opposition.

Si l’assemblée du contentieux du Conseil d’Etat suit son rapporteur public, un changement radical du décompte des temps de parole politique se mettra en place. Avant même la décision, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) s’est dit prêt à s’adapter à tout «changement de jurisprudence» de la haute juridiction administrative. Cette dernière avait été saisie par le PS qui lui demandait d’annuler une décision du CSA refusant de compter le temps de parole audiovisuelle du chef de l’Etat. Catherine de Salins, rapporteur public (ex-commissaire du gouvernement, chargée de «dire le droit») a recommandé une annulation de ce refus. Le président «n’est pas un arbitre, mais un capitaine». «Cette conception de son rôle a eu pour conséquence de faire remonter à l’Elysée la gestion des affaires courantes», a-t-elle argumenté devant l’assemblée du contentieux que présidait le plus haut magistrat du Conseil d’Etat, Jean-Marc Sauvé.

Le CSA a annoncé qu'il fixerait en juin les nouvelles règles liées au temps de parole présidentiel. L'ancien premier secrétaire du PS, François Hollande, menace de saisir à nouveau le Conseil d'Etat si une décision n'est pas prise d'ici un mois.

Après l'arrêt du Conseil d'Etat sur le temps de parole présidentiel dans l'audiovisuel, François Hollande a exigé mercredi 7 avril que le CSA prenne "dès le mois prochain" une décision. Dans le cas contraire, il menace de saisir à nouveau la haute autorité administrative. A la suite de l'arrêt du Conseil d'Etat annulant la décision du CSA qui avait refusé de compter le temps de parole présidentiel, l'autorité audiovisuelle a annoncé qu'elle "fixerait, après les élections européennes au mois de juin 2009, en relation avec les chaînes de télévision et de radio, les règles applicables en dehors des périodes électorales aux temps de parole du président de la République et de ses collaborateurs".

C'est la moindre des choses

Portrait de tousdesmoutons

C'est la moindre des choses que ce temps de parole soit enfin décompté!!
Ce président n'est clairement pas celui de tous les français puisqu'il se permet d'inviter ses amis députés de l'ump lors de cocktails à l'élysée!!
Il est donc normal que son temps de parole soit comptabilisé avec celui de la majorité!
En sachant qu'aujourd'hui, la règle est la suivante :
1/3 de temps pour la majorité
1/3 de temps pour le gouvernement
1/3 de temps pour l'opposition

Si aujourd'hui, le temps de parole du président était comptabilisé, la proportion serait de 4/5 pour la majorité au pouvoir et 1/5 pour l'opposition (vive la démocratie), il est donc temps de remettre de l'ordre dans tout ça et enfin comptabiliser le temps de parole du président dans les 2/3 de temps qui leur sont accordé!!

Powered by Drupal - Design by artinet