2009-03-30 - 1er Mai : nouvelle journée de mobilisation

Les syndicats français appellent à un 1er mai unitaire.

Les huit syndicats à l'origine des grèves et manifestations des 29 janvier et 19 mars ont appelé lundi à un 1er mai unitaire pour peser sur la politique économique et sociale du gouvernement.

C'est une initiative rarissime en France : le défilé de la Fête du Travail rassemblera l'ensemble des confédérations, des cadres de la CFE-CGE aux "durs" de Solidaires en passant par la CGT, première organisation du pays, et les réformistes de la CFTC et la CFDT.

Il s'agira de la troisième journée d'action commune, après celles du 29 janvier qui avait rassemblé entre un et 2,5 millions de personnes selon les sources, et celle du 19 mars, durant laquelle entre 1,2 et trois millions de personnes avaient défilé.

Les syndicats demandent l'abandon par le gouvernement de certains allègements fiscaux pour les plus favorisés, du subventionnement des heures supplémentaires, des suppressions de postes de fonctionnaires.

Ils réclament une augmentation du salaire minimum, l'ouverture de négociations salariales dans les entreprises et des mesures pour les chômeurs.

Les responsables des syndicats n'ont pu dire si les huit dirigeants syndicaux défileraient ou non ensemble, symboliquement, à Paris.

"Les organisations syndicales s'entendent pour faire du 1er mai un nouveau temps fort de mobilisation pour peser sur le gouvernement et le patronat", peut-on lire dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion au siège de la CFDT.

Le texte ouvre la voie à des défilés séparés dans les régions. Les syndicats "appellent leurs organisations locales à rechercher les modalités appropriées pour réussir cette journée de revendication syndicale en tenant compte des situations locales".

"MOBILISATIONS" EN AVRIL

Les huit confédérations sont également convenues de faire du mois d'avril "un mois de mobilisations" et de se rencontrer à nouveau le 27 avril pour faire le point. "Il faut se défoncer au mois d'avril", a dit Maryse Dumas, de la CGT.

"En fonction des réponses du gouvernement et du patronat, les organisations syndicales débattront lors de leur prochaine rencontre des nouvelles initiatives (grève interprofessionnelle, manifestations, mobilisations)", ajoute le communiqué.

"Quand on est engagé dans la construction d'un rapport de forces vis-à-vis d'un pouvoir politique et d'un patronat parmi les plus durs qu'on ait connus, il faut trouver des modalités de mobilisation qui vont permettre à un maximum de gens de s'engager", a dit Maryse Dumas.

Les défilés du 1er mai permettront aux Français de faire masse en manifestant en famille sans perdre une journée de salaire, ont souligné les syndicalistes. Une action commune permet de dire au pays que les proclamations d'unité syndicale "ne sont pas de belles paroles pour masquer une échec ou une indécision", a dit Gérard Aschieri, du syndicat enseignant FSU.

Le gouvernement a exclu pour l'instant un plan de relance de la consommation, expliquant qu'il fallait attendre que les mesures déjà annoncées entrent en vigueur.

Complétant son plan de relance de 26 milliards d'euros concentré sur l'investissement annoncé en décembre, Nicolas Sarkozy a décidé le 18 février d'un plan supplémentaire de 2,6 milliards, au bénéfice, notamment, des salariés modestes.

Powered by Drupal - Design by artinet