2009-10-08 - Jean Sarkozy bientôt patron du quartier de La Défense

Portrait de tousdesmoutons

Encore une belle promotion pour le fils du président. Jean Sarkozy, 23 ans, sera le prochain président de l'EPAD (Établissement public d'aménagement de La Défense), qui gère l'aménagement du plus gros quartier d'affaires européen, dans les Hauts-de-Seine. Il succédera ainsi à Patrick Devedjian, atteint par la limite d'âge, qui est de 65 ans.
Ce dernier, devenu ministre chargé de la mise en oeuvre du Plan de relance de l'économie, a estimé jeudi qu'«aux âmes bien nées la valeur n'attend point le nombre des années», à propos de Jean Sarkozy.

Jean Sarkozy «sera désigné comme administrateur représentant le conseil général et donc il a vocation à devenir président» de l'Epad, a ajouté Patrick Devedjian, qui était interrogé depuis Dubaï où il est en déplacement pour des partenariats économiques

La candidature de Jean Sarkozy à un poste d'administrateur sera présentée devant le conseil général réuni en assemblée plénière le 23 octobre. Mais il ne prendra officiellement ses fonctions que dans deux mois, lorsqu'il sera élu lors du prochain conseil d'administration de l'EPAD, prévu le 4 décembre prochain.

«Tout à fait légitimement, Jean Sarkozy souhaite assumer ses responsabilités et cela ne fait pour moi aucun doute qu'il aura le soutien de l'ensemble des conseillers généraux de la majorité», a affirmé le conseiller général UMP, Thierry Solère.

Sources : http://www.leparisien.fr/politique/jean-sarkozy-bientot-patron-du-quarti...

Edit du 13/10/2009 :

Je vous laisse aprécier :

Nul doute qu'à 23 ans, c'est

Portrait de tousdesmoutons

Nul doute qu'à 23 ans, c'est bien sa capacité professionnel qui a compté et pas son nom de famille!!

Epad: l'opposition s'interroge sur le départ du prédécesseur de

Portrait de tousdesmoutons

PARIS — La gauche de Courbevoie (Hauts-de-Seine) s'est interrogée mardi sur les conditions du départ de l'Etablissement public de la Défense (Epad) d'Hervé Marseille, dont le siège doit être repris par Jean Sarkozy, provoquant la colère du maire (NC) de Meudon.

"L'Elysée était à la manoeuvre dès le 15 juillet", accuse dans un communiqué le groupe d'opposition de Courbevoie (PS-PCF-Verts), l'une des communes représentées au conseil d'administration de l'Epad.

"Jean Sarkozy, pour devenir président de l'Epad, devait d'abord être membre du conseil d'administration", expliquent ces élus, rappelant qu'Hervé Marseille détenait l'un des deux postes du Conseil général des Hauts-de-Seine au conseil d'administration de l'Epad, l'autre étant occupé par Patrick Devedjian, président de l'assemblée départementale.

Or, écrivent-ils, M. Marseille "a opportunément démissionné de son poste d'administrateur ... avec compensation puisqu'il a été nommé membre du conseil économique, social (...) par un décret, signé Nicolas Sarkozy, le 15 juillet".

"Si on sous-entend que j'ai été acheté, je trouve cela humiliant! J'ai volontairement et sans aucune pression donné ma démission de mon poste d'administrateur de l'Epad", a répliqué Hervé Marseille, interrogé par l'AFP.

"Il y a deux sièges pour le conseil général à l'Epad. Si le président sortant (Devedjian, ndlr) n'a plus vocation à présider (atteint par la limite d'âge, ndlr), la loi lui permet de rester administrateur".

"Il se trouvait que depuis un certain temps, Jean Sarkozy était candidat. Il est élu du périmètre et préside le groupe" (UMP-NC du Conseil général, ndlr), a poursuivi M. Marseille.

"On en a parlé entre nous et, en responsabilité, j'ai pensé qu'il me revenait de laisser mon siège pour qu'ils puissent siéger à deux", explique l'élu. "Alors je sais bien, il s'appelle Sarkozy. Mais de là à penser que j'ai été soumis à des pressions, acheté, convoqué... c'est franchement insultant", ajoute-t-il.

Candidat à la présidence du groupe UMP-Nouveau centre du Conseil général en 2008, Hervé Marseille, alors soutenu par Patrick Devedjian, s'était fait souffler la place par Jean Sarkozy.

"L'UMP, majoritaire, a présenté un candidat, Jean Sarkozy. J'ai dit OK. On s'est mis d'accord entre nous sans voter", a relaté le maire NC. "Maintenant, on travaille ensemble".

Sources AFP

Powered by Drupal - Design by artinet