2009-09-28 - Exclusivité : Tousdesmoutons appelle à soutenir un député

Portrait de tousdesmoutons

Une première dans l'histoire (courte) de tous des moutons, mais j'appelle à soutenir un député!

A l'heure où le magazine Le Point consacre un numéro à l'argent des politiques, pourfendeur des dépenses de l'Élysée, René Dosière frappe à nouveau. Le député s'en prend cette fois à l'ensemble des élus en cognant là où ça fait mal : les revenus. L'Axonais prône non pas une interdiction du cumul des mandats, mais des indemnités. L'occasion de régler ses comptes avec ses anciens amis du PS axonais.

Le chevalier blanc de la politique s'attaque au cumul des indemnités. Pour l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale, le cumul des mandats se poursuit et même se généralise. « Les socialistes cumulent. On connaît des gens qui dans leur jeunesse étaient hostiles au cumul, ont même signé des pétitions contre, et aujourd'hui le justifie. C'est abominable ».
Le député s'insurge contre le discours selon lequel occuper plusieurs mandats permet de conserver un contact plus concret avec la population. « C'est une escroquerie. Le signe de l'arrogance française la plus exemplaire. Nous sommes les seuls à pratiquer le cumul dans les pays développés. Ce qui veut dire que les autres députés sont des cons ».
En effet un élu peut être à la fois député, maire, président d'une intercommunalité, sénateur et président du conseil général, président de l'hôpital, de société d'économie mixte… « Nous sommes les seuls à occuper plusieurs mandats à la fois, c'est sans doute pour cela que nous sommes les plus mal administrés ».
Pour René Dosière, seul le mandat unique permettrait de mettre fin à ce système. « Mais pourquoi voulez-vous que les cumulards qui remplissent les bancs de l'Assemblée et du Sénat scient la branche sur laquelle ils sont assis ».

« C'est le fric qui les intéresse »

Pour régler le problème il suggère de ne pas s'attaquer au cumul des mandats, mais à celui des indemnités. « Si les gens veulent cumuler OK, mais pourquoi cumuleraient-ils les indemnités. Elles sont plafonnées certes, mais les plafonds sont trop élevés : 8 200 € par mois pour un élu local, 9 500 € pour un parlementaire, c'est trop ». Et de citer en exemple le cas d'un maire vice-président du conseil général, président d'une communauté de communes, président du SDIS… Un

exemple qui ressemble à s'y méprendre au cas du maire d'Hirson Jean-Jacques Thomas. Hasard ?
Des plafonds trop élevés qui expliquent certainement l'acharnement de certains à vouloir figurer en bonne place sur les listes des prochaines élections régionales. Pensez dont, pourquoi s'en priver : 1 886 € mensuels, 10 % de plus pour les membres de la commission permanente, ils y sont tous en Picardie, et 40 % de plus pour un vice président. Cela sans compter les autres avantages en nature…
René Dosière le clame haut et fort, aujourd'hui un élu qui exerce un unique mandat à temps complet est, au prorata du temps qu'il y consacre, moins payé que celui qui en cumule plusieurs, donc élu à temps partiel pour chaque mandat. Et de proposer : « S'ils veulent faire autre chose à côté ils le font mais pour rien ».
Après un amendement rejeté, le député de l'Aisne repart au combat sur la place publique cette fois. Il appelle les élus socialistes à montrer l'exemple. « Rien ne les empêche dans leurs collectivités locales, de faire voter une délibération. Percevoir une indemnité n'est pas une obligation. On a toujours dit que la motivation des élus n'était pas financière, je leur offre la possibilité d'en faire la démonstration, sauf à avouer que c'est le fric qui les intéresse ».

2 800 € de moins par mois

Pour les élus locaux René Dosière propose de plafonner les gains à l'indemnité parlementaire de base : 5 400 € au lieu de 8 200 € actuellement.
En ces temps de crise, le parlementaire veut croire à une prise de conscience collective et à un sursaut d'orgueil des élus socialistes. Et de conclure « De toute façon ils ne peuvent pas m'exclure, je le suis déjà ».
René Dosière sait qu'avec cette proposition il fait d'une pierre deux coups, il met les électeurs dans sa poche et règle ses comptes avec ses ennemis socialistes de l'Aisne.

SOUTENONS RENE DOSIERE

En voilà une idée qu'elle est

En voilà une idée qu'elle est bonne !

Powered by Drupal - Design by artinet